Contrôle parlementaire

Éruption du Nyiragongo : les députés approuvent l'opportunité d'interpeller le ministre José Mpanda

02/06/2021

À la suite de l’éruption brusque du volcan Nyiragongo, le député Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa a déposé, le mercredi 26 mai, une interpellation adressée à José Mpanda Kabangu, ministre de la Recherche scientifique. Ce 2 juin, au cours d'une plénière à huis-clos, les députés ont approuvé l’opportunité de l'objet de ce moyen de contrôle introduit.

Auteur de l’interpellation, l’élu de Goma reproche au ministre José Mpanda Kabangu le fait que l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG) n’a pas alerté les habitants de l’imminence de l’éruption du volcan du Nyiragongo, survenue le 22 mai. Et les députés ont approuvé, ce mercredi 2 juin, l'objet de l'interpellation après l'exposé de son contenu et de ses motifs par son auteur au cours d'une plénière à huis-clos, selon plusieurs sources concordantes à l'Assemblée nationale consultées par Talatala.

En conséquence et conformément au règlement intérieur de l'Assemblée nationale, cette interpellation doit être « inscrite en priorité au calendrier des travaux » de la session ordinaire en cours. Le ministre José Mpanda doit ainsi « se présenter devant l'Assemblée nationale dans le délai de huit jours francs à dater de la notification de l'interpellation » pour donner ses explications aux députés.

Déposée à l’Assemblée nationale le 26 mai, l’interpellation pointe la « défaillance délibérée » du ministre de la Recherche scientifique dans sa politique de gestion de l’OVG. Pour le député Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa, c’est donc José Mpanda Kabangu qui n’a pas permis à l’OVG d’être en mesure d’alerter les populations de Goma et du territoire de Nyiragongo de la coulée des laves. 

Le député de la Dynamique de l’opposition (DO) voudrait obtenir du ministre de la Recherche scientifique des éclaircissements sur des questions ci-après : 

  • quel est le diagnostic actuel de l’OVG au regard des défis de la surveillance permanente des volcans et du gaz méthane du lac Kivu ?
  • qu’en est-il des détournements de 50 % des salaires des agents de l’OVG depuis le mois de juillet 2013 jusqu’à ce jour ainsi que l’inadéquation entre le nombre d’agents sur les listings de l’OVG et l’effectif prévu au budget de l’État ?
  • quel est le volume des fonds reçus des partenaires extérieurs et comment ont-ils été gérés pour justifier l’état morbide de l’OVG à ce jour?
  • quelles sanctions avaient été réservées aux gestionnaires malveillants de l’OVG en réponse aux multiples alertes des agents ?
  • quel est le plan du gouvernement pour assurer une prise en charge autonome de fonctionnement et de l’investissement de l’OVG en vue de prévenir les risques permanents que courent les populations riveraines des volcans et du gaz du lac Kivu ?

Le député Jean-Baptiste Muhindo avait déjà adressé, en novembre 2020,  une question orale avec débat José Mpanda, ministre de la Recherche scientifique reconduit, sur les entraves à la surveillance des activités des volcans à l’OVG. Mais le ministre n’avait pas répondu présent le jour de la plénière programmée le 2 décembre 2020.

Berith Yakitenge

Photo : volcan du Nyiragongo, vue depuis l'île de Tchegera, le 3 janvier 2019. Copyrigth : Trésor Kibangula.